Messages

Affichage des messages du novembre, 2016

LE DÉVELOPPEMENT DE LA ZONE DE PROTECTION NORDIQUE

Image
2013 La saison 2013 est marquée par plusieurs événements qui sollicitent fortement les équipes de la SOPFEU. Des équipes de l’extérieur seront d’ailleurs requises pour soutenir la province dans les moments de fortes activités. Le printemps chaud et sec favorise l’éclosion de 159 incendies, dont plusieurs à proximité de zones habitées, causés principalement par des résidents ruraux. Une interdiction de faire des feux à ciel ouvert en forêt ou à proximité est d’ailleurs mise en vigueur dès le 6 mai. Il s’agit de la première fois qu’une telle mesure est appliquée aussi tôt en saison. 
La saison est également marquée par des incendies de grande superficie dans la zone de protection restreinte. Deux de ces incendies sont particulièrement marquants. Un feu près de la communauté crie d’Eastmain ravage 501 689 ha de forêt et force l’évacuation de la communauté. Comme le précise Robert Lemay « Le sud de la province connaît des pannes de courant en raison de ce feu. Une équipe de la base de Val…

LES SAISONS SE SUIVENT ET NE SE RESSEMBLENT PAS

Image
2006 La saison 2006 s’avère beaucoup plus calme que la précédente. La zone de protection intensive connaît 623 incendies qui brûlent 13 768 ha, une superficie nettement en dessous de la moyenne des 10 dernières années. L’intervention de ressources de l’Ontario et des États-Unis est tout de même requise à quelques occasions pour le combat des incendies, entre autres durant la période du 5 au 21 juin. Plusieurs milliers de coups de foudre s’abattent alors sur le Québec. Le 8 juin, 113 incendies sont combattus, ce qui en fait la journée la plus occupée de la saison. Une seconde période d’activités plus intense touche principalement la région de Val-d’Or à la mi-juillet. Cependant, des précipitations aident la SOPFEU à maîtriser rapidement la situation.

Plusieurs initiatives sont mises en place durant l’année afin de réaliser les différents objectifs organisationnels. À la suite des travaux effectués par le comité mandaté pour se pencher sur les modes de financement, des recommandations s…

UNE ANNÉE SANS PRÉCÉDENT

Image
2005 Cette saison est celle de tous les records. Depuis la création de la SOPFEU, il s’agit de l’année où le plus grand nombre de feux a été combattu, soit 1 374 brasiers dont 1 258 dans la zone de protection intensive. Dans cette dernière, des records de superficies sont également atteints avec 386 671 ha brûlés. La météo contribue grandement à ce nombre élevé d’incendies. En effet, l’été 2005 est le plus chaud depuis 1947 et la foudre s’abat à plusieurs reprises sur la province, allumant 722 feux. 
La SOPFEU connaît trois périodes critiques durant cette saison, du 30 mai au 19 juin, du 10 juillet au 20 août ainsi qu’une dernière à la mi-septembre. Comme se le rappelle Robert Lemay, agent à la prévention et à l’information,  « La charge de travail pour la base de Val-d’Or n’a pas vraiment diminué tout au cours des mois. Dès le printemps jusqu’à tard à l’automne, il n’y a eu que peu de  répit. » Au point culminant de la saison, plus de 1 200 personnes travaillent au combat des incendi…

UN CONTEXTE ÉCONOMIQUE DIFFICILE

Image
2001 La saison 2001 s’amorce hâtivement avec un printemps sec où 40 % des incendies ont lieu. Au total, la saison comprend 970 incendies et 1 358 ha affectés. Dès le 27 mai, une évacuation préventive est faite à Némiskau et 311 personnes doivent quitter leur domicile.
Le 27 juin, dans le cadre des opérations de suppression, un pompier est blessé gravement lors de l’écrasement d’un hélicoptère près de la Rivière Mistassini.
Un groupe de travail est formé afin d’analyser les conséquences et les limites d’une application plus serrée de la Loi sur les forêts. Selon les conclusions de ce groupe, il appert qu’une application stricte de la loi exigerait plus en énergie et en ressources qu’elle ne donnerait de résultats spécifiquement en prévention. Cette avenue n’est donc pas retenue.
2002 Cette saison s’inscrit sous le signe des contrastes météorologiques. Alors que juillet, août et septembre présentent des records de sécheresse et de chaleur, les mois de mai et juin sont froids et pluvieux.…

LES ÉVÉNEMENTS MARQUANTS DE LA SOPFEU

Image
1998 L’année est relativement calme en ce qui a trait aux incendies de forêt, cependant il en est tout autrement pour les relations de travail qui sont tendues. Malgré des séances de conciliation entre l’employeur et le syndicat, aucune entente n’est encore conclue et les conventions de travail sont échues depuis déjà deux ans. Les employés choisissent donc d’exercer des moyens de pression afin de signifier leur impatience face à la situation. Pour inciter à un retour à l’ordre, le gouvernement du Québec assujettit la SOPFEU aux dispositions du Code du travail sur les services essentiels, une première pour la Société. 
Dans le cadre des opérations, un avion d’aéropointage de type King Air 90 s’écrase à flanc de montagne lors d’une mission d’arrosage sur un incendie, à Petite-Rivière-Saint-François, dans Charlevoix. Heureusement, le pilote et l’aéropointeur s’en sortent la vie sauve.
En juin, la pluie fait chuter les indices ce qui permet à la SOPFEU de prêter massivement des ressource…

LE NOUVEAU MODÈLE DE PROTECTION MIS À L’ÉPREUVE

Image
L’année 1995 sera particulièrement éprouvante pour le personnel et plusieurs s’en souviennent encore comme une année exceptionnelle de la Société: « L’évacuation de la ville de Parent ainsi que la charge de suppression provinciale a été étalée sur toute la saison à un rythme effréné, et ce, sans aucun répit. Il faut se souvenir que c’était la seconde saison subséquemment à la fusion des Sociétés de conservation avec la mise en place de nouvelles équipes de gestionnaires. C’était, également, l’une des premières fois que nous importions du personnel de l’extérieur du Québec » relate Ken Bérubé, directeur de la base de Maniwaki.
Durant la saison de protection, 1 145 incendies frappent les forêts québécoises brûlant ainsi 195 576 ha en zone de protection intensive. En zone de protection restreinte, 120 incendies sont recensés et affectent 530 932 ha.

La Société fait régulièrement les manchettes en raison de l’évacuation du village de Parent et de feux majeurs qui surviennent en Gaspésie…

LA NAISSANCE D’UNE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE SOUS UN MODÈLE UNIQUE AU MONDE!

Image
Issue de l’unification des sept Sociétés régionales de conservation, la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) voit le jour officiellement le 1er janvier 1994, devenant ainsi l’unique intervenante en la matière dans la province.
Dès lors, la Société se voit dotée d’une mission qui lui est propre: « Optimiser la protection des forêts contre les incendies en vue d’assurer la pérennité du milieu forestier au bénéfice de toute la collectivité, et cela, au meilleur coût possible. » 

La restructuration en profondeur du système de protection a pour objectif d’en augmenter l’efficacité et d’en réduire les coûts. Pendant deux ans (1992-1993), des travaux d’unification s’effectuent. Gaétan Lemaire, ancien directeur des opérations régionales, se remémore la situation ainsi: « Avant la création de la SOPFEU, plusieurs personnes savaient qu’il existait des façons plus performantes pour protéger les forêts. Cependant, la saison 1991 a été le moment décisif et, par la suite, des co…