L’AÉROPORT DE MATAGAMI ESSENTIEL POUR LA PROTECTION DES FORÊTS NORDIQUES


La Société de protection des forêts contre le feu a vécu une situation contraignante en mai dernier alors que des dénivellations importantes sur la piste de l’aéroport de Matagami ne permettaient plus une opération sécuritaire des avions-citernes et des avions d’aéropointage qui y sont normalement déployés au cours de l’été. Seuls les avions de détection aérienne étaient autorisés à utiliser la piste.

Afin de minimiser l’impact sur le combat des incendies, des mesures de mitigation ont été rapidement mises en place. Dès que le degré d’inflammabilité augmentait dans cette région, des hélicoptères ainsi que des équipes de pompiers forestiers y étaient déployés. Dans les bases d’avions-citernes de Val-d’Or et de Chibougamau le niveau d’alerte était également augmenté.

Les forêts de conifères au nord du Québec sont très vulnérables au feu. Il est primordial d’y intervenir avec une attaque initiale rapide et forte. L’utilisation des infrastructures de l’aéroport de Matagami est essentielle pour atteindre ces objectifs. Dans cette optique, la SOPFEU a préparé un rapport portant sur l’impact du retrait de la piste de Matagami dans ses opérations. Le document a servi de base de discussions entre la Société et les partenaires.

Cette situation préoccupante a vite fait consensus auprès des intervenants impliqués dans le dossier. Ainsi, il a été possible de devancer les travaux de réfection de la piste qui étaient prévus en 2017. À la fin de l’été, une première phase a permis de restaurer une partie de la piste sur une longueur suffisante pour assurer l’utilisation des avions-citernes et  des avions d’aéropointage sans contrainte dès l’an prochain. La réfection complète se poursuivra à l’automne 2017. 

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

PLEINS FEUX SUR LE MÉTIER D'AÉROPOINTEUR

LE MÉTIER DE GARDIEN DE TOUR

LES SAISONS SE SUIVENT ET NE SE RESSEMBLENT PAS