vendredi 29 avril 2016

LES BRÛLAGES DE NETTOIEMENT, UN FLÉAU EN PÉRIODE PRINTANIÈRE

Avec l’arrivée du printemps, la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) mettra les bouchées doubles cette année pour enrayer un fléau qui frappe les zones périurbaines : la perte de contrôle des brûlages de nettoiement. En effet, elle veut s’attaquer en priorité aux feux provoqués par les résidents, encore beaucoup trop fréquents.

« En 2015, les résidents ont été responsables de 171 incendies ce qui correspond à près de 50 % des incendies survenus dans la saison. La majorité de ces feux sont occasionnés par la perte de contrôle d’un brûlage de nettoiement », explique M. Gérard Lacasse, coordonnateur à la prévention de la SOPFEU.

La Société veut sensibiliser la population aux risques d’utiliser le feu comme solution pour se départir des déchets qui jonchent le terrain. Elle souhaite faire connaître les options telles que la collecte de résidus verts et le compostage. « Nous souhaitons diminuer l’occurrence de ces incendies, car même s’ils ne sont pas importants en terme de superficie, ils se produisent généralement près des zones urbaines et peuvent causer des dommages majeurs », rappelle M. Lacasse.

Le rôle vital des pompiers municipaux dans la prévention des incendies de forêt

Plusieurs personnes croient que la Société est la seule intervenante d’importance dans la lutte aux incendies de forêt. Pourtant, rien n’est plus faux. La SOPFEU a pour mission d’assurer et de coordonner la protection des forêts contre le feu. Cependant, son travail ne pourrait être optimal sans le soutien des corps de pompiers municipaux qui jouent un rôle indispensable en cette matière.

Selon la loi, la SOPFEU est responsable de la protection de tout le territoire forestier québécois à l’exception de celui des villes. Ainsi, lorsqu’une municipalité intervient sur un incendie de forêt, elle peut se faire rembourser par la SOPFEU des frais selon les taux établis par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. 

La SOPFEU invite fortement les municipalités qui n’ont pas de règlement de brûlage à  en adopter un sans tarder. Ce type de mesure joue un rôle important parce qu’il balise les conditions dans lesquelles les résidents peuvent faire un feu en toute sécurité. « La SOPFEU est disposée à épauler les municipalités qui souhaitent se prémunir d’un règlement de brûlage. D’ailleurs, un exemple est disponible sur notre site Internet », informe M. Lacasse.